4 HUILES (ABSOLUMENT) ESSENTIELLES
POUR L’HIVER

BIEN-ÊTRE

Rhumes, grippes et autres réjouissances font partie de votre saison hivernale ?
C’est que vous n’avez pas encore testé les pouvoirs de l’aromathérapie. Dans votre bain, en inhalation, massage ou absorption, les huiles essentielles agissent sur le plan physique comme sur le psychique. Une thérapie 100% naturelle, à titre préventif ou curatif, dont il serait dommage de se passer.

Une huile essentielle, c’est quoi ?
Ce n’est pas une huile. C’est une essence, à savoir un extrait aromatique concentré, issu de la distillation d’une plante par vapeur d’eau. Le liquide obtenu comprend des molécules qui restent actives environ 6h dans l’organisme. Les huiles essentielles sont ainsi de puissants outils de l’aromathérapie, à manipuler avec précaution. En application locale, inhalation ou ingestion, veillez à vérifier au préalable quelle utilisation est recommandée pour chaque huile essentielle, et à bien respecter les doses.

Voie cutanée : L’huile essentielle doit généralement être diluée dans une huile végétale support (1 à 2 gouttes dans une cuillère à café d’huile d’amande douce, par exemple) avant de l’utiliser en massage, en friction, en compresse ou dans le bain. Ne sous-estimez pas l’efficacité d’une huile essentielle en application locale ; elle a la capacité de pénétrer la peau et de rester active plusieurs heures dans le sang et les organes concernés, avant d’être évacuée totalement. Évitez donc, par précaution, de l’appliquer non diluée sur la peau. À noter que certaines sont photosensibilisantes. C’est le cas des huiles essentielles d’agrume, qu’il ne faut donc pas appliquer en journée.

Voie olfactive : Quelques gouttes de certaines huiles essentielles dans un diffuseur électrique, pendant 20 minutes, pas plus. Préférez la diffusion à froid grâce à un diffuseur à nébulisation, pour préserver les propriétés thérapeutiques du produit. Vous pouvez aussi ajouter 3 gouttes d’une huile essentielle de votre choix dans un bol d’eau chaude - mais pas bouillante - pour une inhalation, la tête couverte d’une serviette. Enfin, 2 gouttes sur un mouchoir à humer peuvent vous soulager.

Voie digestive : Il est possible d’ingérer certaines huiles essentielles. Selon le besoin et la posologie, ce sera une ou plusieurs gouttes sur un comprimé neutre, un sucre, ou diluées dans une cuillérée de miel, à renouveler plusieurs fois par jour. Mais mieux vaut éviter l’auto-médication (car, oui, les huiles essentielles sont comme des médicaments). Demandez conseil à un aromathérapeute, naturopathe ou médecin spécialisé avant toute prise.

L’arbre à thé contre le rhume - Melaleuca alternifolia

Très connue pour ses effets miraculeux sur les peaux à problèmes grâce à son pouvoir désinfectant et cicatrisant, l’huile essentielle d’arbre à thé est aussi antivirale. En hiver, elle stimule les défenses immunitaires et aide à traiter bronchite, fièvre, sinusite, toux, maux de gorge. Elle est aussi fortifiante, ce qui la rend efficace pendant les périodes de fatigue.

Comment l’utiliser ?
Le meilleur moyen de profiter de ses vertus contre les maux de l’hiver, c’est par voie olfactive. À vous les inhalations ! Vous pouvez aussi en verser 2 gouttes dans une cuillère à café d’huile support, et l’appliquer en massage sur le dos, le thorax, la gorge et tout membre concerné.

L’eucalyptus radié pour les voies respiratoires - Eucalyptus radiata

Sous son parfum très agréable, l’huile essentielle d’eucalyptus radié est d’une puissance sans égal pour décongestionner les voies respiratoires grâce à ses vertus expectorantes. Nez bouché, sinusite, rhume, bronchite, grippe… cette huile essentielle en viendra à bout ! Attention cependant, contrairement aux idées reçues, l’eucalyptus radié n’est pas recommandé en cas de crise d’asthme.

Comment l’utiliser ?
Vous pouvez en déposer une goutte sur un mouchoir, ou 3 gouttes dans un bol d’eau chaude pour inhalation, ou enfin 2 gouttes dans une cuillère à café d’huile végétale, à appliquer en massage sur le thorax, le haut du dos, la plante des pieds... Diffusée en intérieur, cette huile essentielle permet de purifier l’air grâce à son action antiseptique.

Le romarin officinal contre le froid - Rosmarinus officinalis

L’huile essentielle de romarin est réputée stimuler la circulation sanguine, ce qui la rend idéale pour lutter contre le froid et la fatigue physique et mentale. Elle est déconseillée en cas d’hypertension ou d’épilepsie. Antiseptique, elle est efficace contre le rhume, la toux, la bronchite, la rhinite et la sinusite.

Comment l’utiliser ?
En massage (2 gouttes dans une cuillère à café d’huile végétale) sur la plante des pieds et le dos, l’huile essentielle de romarin fait des miracles, autant en prévention qu’en soin. Elle est aussi efficace en inhalation, au-dessus d’un bol d’eau chaude dans lequel vous aurez versé 3 gouttes d’huile essentielle.

Le citron pour assainir l’air (et l’esprit) - Citrus limonum

En cette période d’épidémies et d’infections en tout genre, l’huile essentielle de citron s’avère un bouclier très efficace. Antiseptique puissant, cette huile essentielle permet de purifier l’air ambiant autant que les voies respiratoires. On prête aussi aux agrumes des vertus euphorisantes, idéales pour lutter contre la déprime hivernale. Un concentré de vitalité !

Comment l’utiliser ?
En diffusion pour profiter de son parfum délicat et de ses bienfaits antiseptiques, mais aussi en inhalation (bol d’eau chaude + 3 gouttes d’huile essentielle) ou sur un mouchoir à humer, pour barrer la route aux bactéries et virus. Si vous optez pour l’application locale, au creux du poignet par exemple, évitez toute exposition au soleil ensuite car les huiles essentielles d’agrume sont photosensibilisantes.

Attention !

  • À quelques exceptions près, les huiles essentielles sont généralement déconseillées aux femmes enceintes ou allaitantes, ainsi qu’aux enfants en bas âge.
  • Toujours tester une huile essentielle au creux du poignet pendant 24h. En cas de réaction cutanée, éviter son utilisation.
  • Tenir hors de portée des enfants, pour éviter tout risque d’absorption et d’empoisonnement.
  • Les animaux domestiques, notamment les chats, sont très sensibles aux huiles essentielles qui deviennent alors potentiellement dangereuses. Demandez conseil à un spécialiste avant toute utilisation.